Nécessité de l'épuration.

L'aspiration du moteur entraîne avec le gaz des poussières et, dans le cas du bois, des vapeurs : le moteur ne pouvant s'accommoder de ces impuretés, le rôle de l'épurateur est de les retenir.

 

 

Epuration du gaz de bois.

Le gaz de bois ne devrait pas, en principe, contenir de pyroligneux, mais, en pratique, il entraîne toujours en sortant du gazéificateur de la vapeur d'eau, souvent des vapeurs acides et des vapeurs goudronneuses dont il doit être débarassé aussi complètement que possible. Le moteur tolère bien une faible proportionde vapeur d'eau, lais il est néanmoins nécessaire d'éliminer celle-ci autant que faire ce peut, car sa présence au détriment des éléments actifs diminue le pouvoir calorifique du gaz.

L'élimination des vapeurs ne peut se faire que si celles-ci ont été d'abord condensées, ce qui a été obtenu dans le refroidisseur. Pour retenir les gouttelettes liquides, on dirige les gaz sur les parois en chicanes (tôles percées de trous non en regard, anneaux Raschig, grains de liège, coke, tournures, fibres, etc.) : L'eau adhère aux parois sur lesquelles elle ruisselle en entraînant les poussières et les goudrons ; parfois, on donne au gaz un mouvement de rotation : la force centrifuge qui anime les gouttelettes les projette sur la paroi qui les retient.

 

Exemple sècheur 1

 

 

Exemple sècheur 2

 

 

Epuration du gaz de charbon de bois.

En principe, le gaz de charbon de bois ne contient pas de vapeur d'eau et il suffit d'extraire les poussières.

La plupart des constructeurs combinaient les divers procédés suivants :

  1. Le gaz suit une colonne verticale de bas en haut : les grosses poussières ne peuvent suivre le gaz et retombent;
  2. Le gaz débouche dans une chambre ou boîte à poussière relativement spacieuse, où il se détend, se refroidit et perd de la vitesse : ces circonstances favorisent la séparation des poussières;
  3. Le courant gazeux subit de nombreux changements de direction qui projettent les poussières sur des parois fixes : le choc arrête les grains de poussière;
  4. On imprime au gaz un mouvement de rotation : les poussières sont projetées vers les parois par la force centrifuge.
    Le mouvement de rotation est donné au gaz de deux façons : dans des cyclones par une tôle directrice fixe (disposition analogue à celles du sécheur (2) et dans les ventilateurs centrifuges à palettes tournantes. Ces deux genres d'appareils ne sont guère employés sur les véhicules à gazogène, car on ne peut obtenir de bons résultats que si le parcours du gaz est assez long et son mouvement rapide : l'encombrement des appareils est un obstacle à leur emploi, mais on les rencontre souvent dans des installations fixes;
  5. Le gaz traverse une matière épurante, coke, charbon de bois pulvérisé, poudre de liège;
  6. L'épuration est achevée par le passage du gaz à travers des toiles en tissu serré, pelucheux ou à travers des feuilles de papier. Ces filtres ne sont pas utilisés avec le bois, car l'humidité du gaz colmaterait les tissus, c'est-à-dire que les poussières formeraient sur eux une sorte de boue épaisse obturant leurs pores et s'opposant au passage du gaz;
  7. Des toiles métalliques fines (120 mailles au millimètre carré), sont prévues entre les toiles et le mélangeur ; elles n'interviennent que dans deux circonstances :